Site Natilia France
1er réseau de constructeurs
de maisons en ossature bois
Maisons éco-respectueuses
et à haute isolation thermique
Délais de livraison
optimisés pour votre maison

Comment bien choisir son terrain à bâtir pour construire sa maison ?

14/07/2017
comment bien choisir terrain a batir construction


Emplacement, orientation, accès, qualité du sol … Quelques points importants sont à prendre en compte avant de choisir puis d’acheter son terrain à bâtir pour y faire construire sa maison. Ne passez pas à côté de l’essentiel en suivant nos conseils.

  

 

Achat en lotissement ou terrain isolé ?

 

Acheter un terrain en lotissement

 

Un terrain situé en lotissement a l’avantage d’être constructible et viabilisé. Sa superficie exacte est connue, les études de sol ont été effectuées ainsi que les raccordements aux réseaux électriques, gaz, eaux et téléphone. Enfin, l’accès y est quasiment toujours prévu et aménagé.

 

Cependant, un terrain en lotissement est soumis à un cahier des charges aux obligations précises quant à de nombreux aspects de votre construction : nature et couleur des matériaux, aspect extérieur, volet paysager, etc. La proximité avec le voisinage est également un aspect à prendre en compte.

 

Acheter un terrain en secteur diffus

 

Si votre choix se porte sur un terrain isolé situé en secteur diffus, il vous faudra le viabiliser (7 000€ à 10 000€ en moyenne), prendre en charge la délimitation par le géomètre et l’expertise de la nature des sols, vérifier les accès, etc.

 

Cependant vous serez libre de construire la maison qui vous plaira, en respectant les règles d’urbanisme du PLU (Plan local d’urbanisme) en vigueur. Libre à vous de décider de l’orientation de votre construction, de l’aménagement de votre jardin, de la distance entre votre maison et celle de vos voisins, etc.

 

 

 

Quels critères de choix pour bien acheter son terrain ?

 

Trouver un terrain selon son projet de vie

 

Avant de choisir votre terrain, posez-vous quelques questions : faites-vous construire une résidence principale ou une maison secondaire ? Avez-vous des enfants ou prévoyez-vous de fonder une famille ?

Projetez-vous dans votre futur chez-vous : vous déplacez-vous en voiture, en transport en commun ? Avez-vous besoin de commerces, d’écoles à proximité ?

Selon vos réponses, orientez-vous vers un terrain plutôt isolé, situé en dehors de la ville, ou bien vers une zone plus urbaine, pourquoi pas vers un lotissement.

  

Evaluer la nature et la qualité du sol

 

Un terrain doit être situé sur un sol stable pour assurer de bonnes fondations. Les sols étant souvent hétérogènes, une étude de sol permettra d’identifier avec précision les zones dures et celles plus molles. On pourra ainsi déterminer la profondeur à laquelle encastrer les fondations de la maison pour qu’elles ne subissent pas de mouvement et ainsi éviter les fissures.

Sont considérés comme de « bons sols » les sols sableux, rocheux ou constitués de graviers.

Les « mauvais sols » sont plutôt argileux, humides, constitués de limon ou de remblais.

Si vous soupçonnez la présence de galeries souterraines ou d’une nappe phréatique dans le sous-sol, il faudra effectuer un sondage.

 

Orientation du terrain

 

L’orientation de votre terrain a un impact sur la vue : dégagée ou pas, il est bon d’anticiper d’éventuelles constructions futures autour du terrain qui pourraient modifier votre vis-à-vis.

L’ensoleillement va déterminer l’orientation de votre maison, et votre construction doit être conforme à la RT 2012 (en attendant la RT 2020).

Une maison bien orientée (sud-ouest par exemple) permet de réaliser des économies d’énergie. Il faut aussi prendre en compte les vents dominants qui auront un impact sur l’isolation, la pluie, les bruits.

 

Topologie du terrain 

 

Il est important de vérifier la pente pour prévoir les écoulements d’eaux pluviales et de s’assurer que votre plan de construction correspond à la surface et à la forme de votre terrain, mais aussi aux accès par la route, aux vis-à-vis et à tous les raccordements (électricité, eau, etc.)

 

Un terrain plat est idéal, mais un terrain en pente peut aussi offrir de belles perspectives de surface et une meilleure intégration dans l’environnement ou une vue plus intéressante. Les terrains en cuvette ou situés à proximité d’un cours d’eau sont plus sujets aux risques d’inondation.

 

 

Constructibilité du terrain et informations liées

 

Demandez en mairie le Certificat d’urbanisme qui vous donnera les informations liées à la situation précise du terrain, à sa constructibilité ainsi qu’aux règles d’urbanisme en vigueur. L’étude de ce document complet et fiable vous permettra d’avoir de nombreuses informations indispensables avant de construire. 

 

Les règles locales de construction sont recensées dans le Plan d’occupation des sols (POS) et le Plan local d’urbanisme (PLU), à consulter également. Renseignez-vous enfin sur les grands projets envisagés à proximité, comme les lignes à grande vitesse ou les grands projets immobiliers, et l’existence de servitudes sur le terrain.

 

Taxes d’habitation et foncière et avis du voisinage

 

Les taxes d’habitation et foncière sont à prendre en compte car elles varient beaucoup d’une ville à l’autre.

 

Enfin, allez à la rencontre du voisinage pour échanger sur le quartier, l’environnement, leur choix et méthode de construction. Pensez à effectuer plusieurs visites du terrain et de ses alentours, idéalement à des heures différentes afin d’avoir une vue globale et réaliste sur les atouts et les faiblesses du lieu.

 

 

Notre équipe vous accompagne dans votre projet de construction, vous aide à trouver un terrain et à obtenir un financement.

Vous aimeriez en savoir plus sur la construction de maisons environnementales à ossature bois, nous répondons à toutes vos questions, contactez-nous.

 

 

  

Articles complémentaires :

Choisir son terrain à bâtir : en lotissement ou pas ?

Orientation de maison idéale pour faire des économies d’énergie 

Des vestiges Gallo-Romains découverts sur un terrain à Sanary-sur-Mer

4.34 / 5
198 avis clients Natilia